Test de Returnal, une excellente exclu PS5

Returnal fait partie de ces nouvelles licences exclusives que la PS5 a à nous offrir. Nous sommes ici en fasse à un jeu hybride à mis chemin entre Rogue Like et shooter à la 3 eme personnes (RTS). The Returnal vous fera-t-il craquer pour la PS5 ? Réponse dans ce test.

Returnal est visuellement très inspiré – 15/20

Returnal est visuellement très réussi ! Techniquement, c’est vrai que l’héroïne possède un design singulier et surtout un manque de détail sur les textures de sa peau ou ses expressions faciales. Bref de ce point de vue là, on peut faire mieux même sur PS4. En revanche pour ce qui est des environnements, sachez que ces derniers sont générés de manière procédurale et malgré tout la faune et la flore sont somptueux !

Là où Retrunal est une véritable réussite, c’est dans sa direction artistique avec beaucoup d’inspiration cinématographique, empruntant à merveille les visuels et les atmosphères d’Alien ou encore de Stargate. Des univers trop souvent copiés et rarement égalés. Ici Returnal le fait avec brio. En ressort du mystère, de l’engouasse, de la beauté et surtout l’envie de continuer à découvrir et parcourir ses niveaux. Le bestiaire est aussi assez inspiré et bien stressant comme il faut ! Les quelques bosses du jeu en impose et sont aussi rare que marquant ! Bref une réussite visuelle

Un gameplay nerveux dynamique et exigeant –  15/20

Returnal emprunte son gameplay a différents genres. Tout d’abord celui du rogue like, où devez mourir, encore et encore pour finalement parvenir à vaincre le boss de la zone, connaître par cœur les armes, évolution et les paternes de vos ennemies. Ce sont les seules constantes que vous aurez, car sinon le level design est en grande partie aléatoire et générée de manière procédurale. La difficulté  est assez élevée et vous ne serez pas pris par le main. Bref, Returnal est dur et exigeant !

A celà s’ajoute que chaque run (du moins au début de chaque nouvelle zone) peux facilement dépasser l’heure de jeu, sans aucune possibilité de sauvegarde. Et sur ce coup, difficile de ne pas reprocher au jeu de nous offrir quelques checkpoints.

Sinon en termes de gameplay pure et dur est sur du Third Personal Shooter, nerveux, maniable avec des boss et de monstres aux paternes variées et bien pensées. Vous possédez un jetpack qui vous permet de voler sur une petite distance ou vous permettre des esquives rapides. Côté armes, selon le loot sur lequel vous tomberez, vous aurez le droit à un petit pistolet, un fusil à pompe ou un fusil automatique.

A cela s’ajoute la notion d’arme secondaire qui bénéficie d’un cooldown assez long pour se recharger (grenade, rayon foudroyant…) et aussi un système de niveau permettant à vos armes de progresser (cadence de tir, portée, puissance…). Pour rendre le tout plus nerveux est stressant vous aurez aussi la possibilité de gagner quelques précieuses secondes  en appuyant sur R2  au bon moment pour une recharge rapide de votre arme.  Enfin rogue like oblige, vous aurez aussi tout un tas d’item extra terrestre à ramasser qui viendront vous booster ou vous corrompre et vous donner quelques malus XD.

Bref un jeu résolument pensé hardcore. Bien foutu, prenant, nerveux et exigeant qui aurait simplement été excellent avec des checkpoints. Pour le côté procédural de l’univers difficile de se prononcer, celà renforce le côté labyrinthique et un peu random du jeu.

Returnal ou l’histoire sans fin – 14/20

L’histoire de Returnal avait tout pour être accrocheuse, malheureusement sa narration en a voulu autrement… Tout commence alors que vous vous écrasez sur une planète hostile et inconnue… En partant à l’exploration des technologies vous permettant de partir, vous découvrirez  que ça n’est pas la première fois que vous mourrez ici et vivez ce moment… Reste à savoir ce qui vous retient et comment partir. Sur les bases de ce pitch, Returnal est plutôt bon et dans l’ensemble c’est même bien réalisé !

Le jeu propose quelques rares cinématiques et nous offre sa narration de manière un peu trop aléatoire avec des enregistrements vocaux, l’apparition soudaine d’éléments de votre passé et quelques rares passages narratifs en vue subjective façon Silent Hill PT. Là où le bât blesse c’est le manque cruel de rythme imposé par les innombrables run qui dépassent parfois l’heure de jeu. Difficile dans ce contexte de resté capté et accroché à l’histoire ou même le lore du jeu qui est aussi parfois décris sur des stèles ou les décors eux même.

Une ambiance sonore minimaliste – 14/20

Préférant miser sur son atmosphère visuelle, Returnal est assez minimaliste d’un de vue musicale. Reste votre voix et le bruit des montres retentissant dans ce monde inconnu et hostile.

Une bonne durée de vie – 16/20

Sans parler de rejouabilité si vous accrochez au gameplay et au genre, Returnal vous occupera une bonne trentaine d’heure avec son monde procédural, sa difficulté des ses boss.

Ma conclusion sur Returnal PS5 – 15/20

Returnal c’est un peu le mélange improbable d’un jeu AAA avec une difficulté hardcore mélangeant monde procédural, TPS, rogue like et RPG dans une univers empruntant au genre “space horrifique”. Bref c’est un OVNIS, c’est très sympa mais ça ne plaira pas à tout le monde. Quelque réajustement avec de simple checkpoint auraient pu en faire un grand jeu ! Il est simplement bon 🙂

0.00
7.4

Graphismes

7.5/10

Gameplay

7.5/10

Scénario

7.0/10

Ambiance sonore

7.0/10

Durée de vie

8.0/10

Les plus

  • Quelle ambiance !
  • Gameplay Nerveux
  • Scénario pas mal
  • Les boss
  • Différents univers
  • Difficile
  • Des éléments de RPG

Les moins

  • Techniquement OK mais...
  • Run d'1h a chaque fois
  • Pas de checkpoint
  • Narration hachée

Laisser un commentaire